vendredi 16 décembre 2011

Orthomot : Master, mon beau master

Master 2, mon beau master 2...
Master 2, je te veux et je t'aurai ! Même si je suis loin, en Afrique du Nord, je ne lâcherai pas l'affaire. Nos chers ministres de la Santé et de l'Enseignement supérieur nous ont pondu un truc qui me révolte, au même titre que tous mes collègues orthophonistes je pense.
Allez, un petit master 1 reconnu pour 4 ans d'études : ça tombe bien, le certificat de capacité que j'ai passé à Lyon il y a 15 ans se faisait déjà, si ma mémoire d'orthophoniste est bonne, en ...4 ans ! Il était temps !
Allez, un petit master 2 pour une poignée d'orthophonistes qui se formeraient en neuro et ORL... Est-ce à dire que notre enseignement durant les études n'est rien ?
Et moi qui me suis formée tout au long de ma pratique professionnelle, en pas mal de choses dont la neuro, qui suis allée en service d'ORL pendant 6 mois pour le stage de fin d'année, c'est rien tout ça ?
Je ne vais pas reprendre tout ce qui s'est dit dans la presse, journaux et radios confondus, ou sur des blogs de syndicats. Mais l'orthophonie "à deux vitesses"...!
C'est bientôt Noël, un petit effort pour une reconnaissance directe en master 2....
blog.brasseo.net

mercredi 14 décembre 2011

Sortie de livre : De la négligence aux négligences


De la négligence aux négligences 
 

"Le syndrome de négligence spatiale unilatérale reste l’une des manifestations les plus troublantes que l’on puisse rencontrer à la suite d’une lésion cérébrale. De nombreuses questions concernant son polymorphisme, ses mécanismes ainsi que la manière de s’y prendre pour réduire ses effets ne sont pas encore totalement résolues.
L’objectif de ce livre, issu du forum thématique annuel de la Société de Neuropsychologie de Langue Française, est de fournir une vue d’ensemble des connaissances scientifiques, tant théoriques que cliniques, qui se sont accumulées au cours de ces dernières années sur ce sujet. Après un rappel historique, sémiologique et anatomique, l’accent est particulièrement mis sur les liens existant entre négligence spatiale unilatérale et attention. La question de l’évaluation, dans le cadre d’une structure et dans celui, plus large, de la vie quotidienne, sera abordée ensuite. La dernière partie de l’ouvrage étant consacrée aux diverses techniques thérapeutiques.

Cet ouvrage s’adresse à tous les professionnels, en formation ou confirmés, confrontés à la prise en charge de patients présentant une négligence spatiale unilatérale (neurologues, médecins de rééducation, ergothérapeutes, orthophonistes, psychomotriciens, psychologues)."
Philippe AZOUVI, Yves MARTIN, Gilles RODESEdition SOLAL, Déc.2011

 


mardi 13 décembre 2011

Sortie de livre : Au coeur de la mémoire

Au cœur de la mémoire

Présentation de l'ouvrage :

"Nous savons expliquer assez simplement le fonctionnement de la cellule vivante en partant de l’ADN, mais qu’en est-il de la mémoire ? Sera-t-elle réductible, pour les générations futures, à des mécanismes simples et intuitifs ?

Avec la patience et l’humilité d’un Mendel croisant des variétés de pois, Jacques Ninio s’est livré pendant des années à des centaines de milliers d’épreuves de mémoire visuelle qui lui permettent aujourd’hui de proposer un modèle inédit du fonctionnement de la mémoire.

Émaillé de dialogues familiers, ce livre à l’esprit ludique déplace notre attention de l’habituel : pourquoi j’oublie ?, vers l’énigme véritable : qu’est-ce qui me fait soudain penser à ceci ou à cela ?

En supplément, le lecteur naviguera en liberté dans un cahier de photographies souvent insolites. À lui d’aller librement d’une image à l’autre et de se poser des questions sur les liens entre l’image repérée dans une page et celle qui lui ressemble dans une autre.

Un ouvrage qui comble un vide sur les mécanismes intimes de la mémoire."

Auteur : Jacques Ninio
Editeur : Odile Jacob
Date de parution : Novembre 2011

lundi 12 décembre 2011

Histoires de vie : Vivre avec le syndrome d'Asperger

Histoires de vie  Vivre avec le syndrome d'Asperger  
 
"Conformément au principe de cette collection « Histoires de vie », nous présentons une situation de personne avec un syndrome d’Asperger en essayant de croiser plusieurs sources d’informations : tout d’abord le récit de vie de sa mère qui nous présente son parcours, de la naissance à l’adolescence, un parcours semé d’embûches qui a failli le laisser sur le bord du chemin, malgré ses compétences manifestes. Elle expose ses difficultés à obtenir un diagnostic puis à l’engager dans une scolarité en milieu ordinaire. Sans l’implication résolue de ses parents, Alexandre n’en serait pas où il en est aujourd’hui. Nous allons également à sa rencontre au cours de deux entretiens à un an d’intervalle, pour tenter de mieux comprendre son fonctionnement propre. Enfin nous présentons deux situations filmées au collège, dans deux disciplines pour lui contrastées que sont les mathématiques où il excelle et l’histoire géographie où il rencontre plus de difficultés. Ces situations sont à la fois présentées et analysées. Enfin cette étude de cas est complétée par une étude générale sur l’utilisation actuelle d’Internet par ces personnes, venant compenser leurs difficultés à établir des liens sociaux."   Auteurs : Christine Philip, Florence Mesafta FessyCollection : Histoires de vieDate : 2011

jeudi 8 décembre 2011

Sortie de jeux : Au bout du compte

Au bout du compte

 "Au bout du compte " est un matériel simple pour suivre au plus près les procédures de calcul de l’enfant.

Les différentes activités permettent ainsi :
1. D’aborder et contrôler les premiers principes additifs et soustractifs de l’enfant.
2. De développer des procédures efficaces dans la réalisation d’un calcul réfléchi.
3. D’être au plus près du potentiel cognitif de l’enfant en pratiquant un apprentissage contrôlé par l’anticipation mentale et par l’action effective.

Le choix de travailler avec des cartes bi-faces (recto-verso) permet à la fois l’activation et le développement de la Mémoire de Travail et la gestion d’une bonne commutativité de l’opération d’addition, comme par exemple le fait de calculer à partir de la quantité marquée au recto ou à partir de celle marquée au verso.

« Au bout du compte » se compose :
- D’un livret explicatif
- De six activités de calcul sous forme de jeux de cartes :
            Activité 1 : CARTES BI-FACES (double constellation de points)
            Activité 2 : CARTES BI-FACES (constellation de points / numéral arabe)
            Activité 4 : CARTES BI-FACES (double / moitié)
            Activité 3 : CARTES BI-FACES (numéral arabe / numéral arabe)
            Activité 5 : DOMINOMBRES n° 1 (même chiffre)
            Activité 6 : DOMINOMBRES n° 2 (compléments de dix)

Niveau d’application :
- De la Grande Section Maternelle jusqu’à la fin du Primaire.

Auteur : Alain Menissier
Editeur : Orthoédition

mardi 6 décembre 2011

Activités pédagogiques : un iPad pour des enfants en situation de handicap ou avec besoins spécifiques

Quelle place pour les tablettes numériques dans l’enseignement spécialisé ? 
 
Quelles activités pédagogiques peuvent être menées avec des iPad pour des enfants en situation de handicap ? 


La question intéresse aussi bien les établissements scolaires, équipes enseignantes que les animateurs multimédia en EPN (espace publique numérique).
Une recherche-action est menée actuellement en Suisse, dans l'enseignement spécialisé, en partenariat avec Alternatic, une association de praticiens en informatique.


Cette recherche-action s'interroge sur le fait de fournir à des élèves à besoins spécifiques des iPads : les élèves à besoins spécifiques regroupent un large spectre allant de la dyspraxie à la dyslexie, en passant par les troubles envahissants du développement ou les troubles sensoriels.
Peut-être une solution pour permettre à ces élèves en difficulté une meilleure intégration scolaire quelque soit le niveau, grâce à de nombreuses applications informatiques.

Source : http://www.netpublic.fr/2011/11/activites-pedagogiques-avec-ipad-pour-des-enfants/

lundi 5 décembre 2011

Revue de l'INSERM : Science & Santé

Science & Santé n°4 

"Science & Santé, le nouveau magazine d’information de l’Inserm, scientifique mais accessible au plus grand nombre, pour illustrer découvertes, débats et questions d’une recherche biomédicale en constant mouvement. Vous y retrouverez les parcours, les passions, les résultats des chercheurs, ainsi que leur éclairage sur des travaux internationaux."

Le numéro 4 de Science & Santé a porté sur le cerveau et les secrets des apprentissages : un dossier de plus de 15 pages qui montre combien et comment notre petit cerveau joue un rôle essentiel dans tous nos apprentissages quels qu'ils soient.

Source : orthophonie.blog.uhp-nancy.fr

jeudi 1 décembre 2011

Un film sur l'autisme crée la polémique : Le Mur ou la psychanalyse à l'épreuve de l'autisme

Ou comment un documentaire peut créer un raz de marée dans le monde de la psychanalyse. Après l'ami Freud, un peu bousculé depuis quelques temps, voilà que "Le mur ou la psychanalyse à l'épreuve de l'autisme", de la réalisatrice Sophie ROBERT, pousse le bouchon un peu plus loin en "dénonçant" la mainmise que peut avoir la psychanalyse sur le traitement de l'autisme.

Ainsi, trois professionnels, trois psys, intervenants dans le documentaire, sont montés au créneau pour faire interdire la diffusion de ces quelques 52 minutes qui montrent comment la prise en charge de l'autisme, en France, reste l'apanage d'une certaine approche au détriment d'autres moins connues mais efficaces...

Vous pouvez encore visionner ce film sur  http://www.autistessansfrontieres.com/lemur-site-officiel.php 

Mais attention, le tribunal de grande instance de Lille a été saisi et les rushes risquent de disparaître dès le 8 décembre. Dépêchez-vous...


mercredi 30 novembre 2011

Le cerveau comme si on y était !


Sur le site de Sciences et Avenir, vous trouverez une série de 6 photos qui montrent des coupes du cerveau comme si on y était : intéressant pour se remémorer nos connaissances parfois lointaines en anatomie et repérer différentes parties.
Coupe sagittale, coupe axiale, coupe frontale... Tout est issu d'un ouvrage intitulé Atlas photographique en couleur du système nerveux central de Vincent Di Marino, Yves Etienne et Maurice Niddam aux Editions Springer.
Au total, 350 images de dissection et de coupe du cerveau...peut-être pas au petit-déjeuner !

lundi 28 novembre 2011

Chez nos voisins : au Québec...

Voilà de quoi réfléchir, orthophonistes, orthopédagogues, logopèdes, pour un lundi matin. Honnêtement, ça fait peur...

Troubles d'apprentissage - La dyslexie, bientôt un trouble mental?

Monique Brodeur, doyenne de la Faculté des sciences de l'éducation de l'UQAM et Line Laplante, professeure experte en dyslexie à l'UQAM  26 novembre 2011  
 
"Office des professions du Québec s'apprête à adopter le guide explicatif du projet de loi 21 qui a pour but de modifier le Code des professions dans le domaine de la santé mentale et des relations humaines. La version actuelle de ce guide, si elle n'est pas modifiée, ferait en sorte que les troubles d'apprentissage, dont la dyslexie, seraient catégorisés parmi les troubles mentaux, ce qui risque de causer d'importants préjudices aux personnes présentant de tels troubles.

Par ailleurs, l'avancement des connaissances scientifiques révèle l'importance d'interventions pédagogiques et orthopédagogiques précoces et reconnues efficaces, en vue de pouvoir identifier les troubles d'apprentissage. Or le guide explicatif accorde peu de place à la nature des interventions pédagogiques et orthopédagogiques mises en oeuvre, de même qu'à la contribution essentielle de l'orthopédagogue dans le processus d'évaluation visant à déterminer s'il s'agit ou non d'un trouble d'apprentissage. Afin de répondre adéquatement aux besoins des personnes ayant un trouble d'apprentissage, il est essentiel de revoir le guide explicatif avant son adoption.

Tout au long de sa vie

De tous les troubles d'apprentissage, la dyslexie est celui qui est le plus connu. «La dyslexie se caractérise par des difficultés à développer et à utiliser les habiletés permettant d'identifier et de produire les mots écrits» (CLLRNet, 2009, p. 111-112). Comme les autres troubles d'apprentissage, elle est d'origine neurologique et affecte une personne tout au long de sa vie. Ce ne sont donc pas toutes les personnes qui présentent des difficultés en lecture qui sont dyslexiques, même si le retard est important. Pour conclure à une dyslexie, il faut faire la démonstration d'une atteinte neurologique, ce qui représente un défi de taille.

Or la façon habituelle de procéder conduit à identifier comme étant dyslexique une proportion non négligeable de personnes qui ne le sont pas, car leurs difficultés en lecture ne sont pas attribuables à un désordre neurologique, mais à des facteurs environnementaux d'ordre sociofamilial ou scolaire. Toutefois, l'état actuel des connaissances démontre la nécessité d'interventions pédagogiques et orthopédagogiques appuyées par la recherche, dès la maternelle, afin de prévenir les difficultés d'apprentissage. Si, malgré ces interventions, certains élèves persistent à éprouver des difficultés, il convient d'enclencher une démarche d'évaluation qui permettra de vérifier si le peu de progrès observé est attribuable ou non à un trouble d'apprentissage.

Des préjudices importants

Le guide explicatif dans sa version actuelle place les troubles d'apprentissage, y compris la dyslexie, dans la catégorie des troubles mentaux. Une telle catégorisation est susceptible de causer des préjudices importants aux personnes qui ont un trouble d'apprentissage. En effet, ces personnes doivent vivre au quotidien avec les inconvénients et les défis qu'entraîne une telle difficulté. Doit-on ajouter à ce fardeau celui de vivre avec l'étiquette de trouble mental?

Cette étiquette, qui a malheureusement une connotation très négative, pourrait inciter des parents de jeunes ayant des difficultés scolaires, ou des adultes chez qui on soupçonne la présence d'un trouble d'apprentissage, à refuser une évaluation même si celle-ci vise à dresser un portrait des capacités et des besoins de la personne en vue de mettre en place des interventions adaptées. Une telle étiquette pourrait également entraîner un désengagement de la personne ayant un trouble d'apprentissage, de son entourage et des enseignants. Enfin, chez les adultes, cette étiquette pourrait complexifier leur recherche d'emploi ou leur intégration sociale.

Contribution de l'orthopédagogue

Le guide explicatif du projet de loi 21 prévoit réserver l'évaluation de la personne chez qui on veut vérifier la présence d'un trouble d'apprentissage aux seuls membres d'ordres professionnels. Ainsi, l'évaluation menant au diagnostic ou à l'identification des troubles mentaux, qui comprendraient les troubles d'apprentissage, serait réservée au médecin et au psychologue, ainsi qu'à l'infirmière et au conseiller d'orientation.

En revanche, comme il n'y a pas d'ordre professionnel des orthopédagogues, ceux-ci n'auraient plus le droit de procéder à l'évaluation de la lecture ou de l'écriture en vue d'attester s'il s'agit ou non d'un trouble d'apprentissage. Pourtant, l'orthopédagogue est le spécialiste des difficultés, y compris les troubles d'apprentissage, de la lecture, de l'écriture et des mathématiques. Sa formation lui permet, lorsqu'une personne répond peu ou pas aux interventions pédagogiques et orthopédagogiques, de déterminer s'il s'agit ou non d'une résistance à l'intervention qui caractérise le trouble d'apprentissage. Il importe donc que l'orthopédagogue, en étroite collaboration avec les professionnels concernés, puisse conclure à la présence d'un trouble d'apprentissage dans les domaines de la lecture, de l'écriture et des mathématiques.

Choix de société

La société québécoise a fait jusqu'à maintenant le choix de confier la responsabilité de la scolarisation des élèves ayant un trouble d'apprentissage au système scolaire et non au système de la santé. Selon l'état actuel des connaissances, le «traitement» des troubles d'apprentissage, dont la dyslexie, relève avant tout d'interventions efficaces de nature pédagogique et orthopédagogique.

C'est pourquoi le guide explicatif du projet de loi 21 doit être revu avant son adoption, afin que les troubles d'apprentissage ne soient pas catégorisés sous les troubles mentaux. Il est également essentiel que ce guide reconnaisse la contribution incontournable de l'orthopédagogue à l'identification d'un trouble d'apprentissage dans les domaines de la lecture, de l'écriture et des mathématiques. Il en va de la qualité de la réponse aux besoins des personnes ayant un trouble d'apprentissage."

Source : ledevoir.com
Date : 26 novembre 2011

jeudi 24 novembre 2011

Sortie du n°115 de la revue ANAE : L'autisme

ANAE va faire paraître en décembre 2011 une revue consacrée à l'autisme et intitulée "Autisme et troubles des apprentissages"
En ces temps où les troubles envahissants du développement font beaucoup parler d'eux et où de plus en plus d'orthophonistes sont amenés à prendre en charge des patients autistes, cette revue va, j pense, permettre à beaucoup de professionnels de trouver des réponses à leurs questionnements.
Elle est coordonnée par le Professeur Jean-Louis Adrien, de l'Université Paris-Descartes.

Vous pouvez la commander sur le site http://www.anae-revue.com/

mardi 22 novembre 2011